Ouvrir le menu

Actualités

Le blues du manager : l’analyser pour mieux préparer les transitions

Publié le 07 septembre 2021 par NEOMA

  • Notre Recherche

En général, accéder à un poste de manager est considéré comme une promotion professionnelle et une prise accrue de responsabilités. Mais certains cadres récemment nommés éprouvent le « blues du manager », une désillusion envers leur travail les poussant à vouloir démissionner – et cette décision peut coûter très cher à l’entreprise.

Pourquoi les managers vivent-ils différemment leur rôle d’encadrement ? Comment les organisations peuvent-elles améliorer l’accompagnement des nouveaux cadres ?

D’un point de vue général, les recherches déjà menées suggèrent que les différences individuelles (par exemple le manque de compétences managériales) ou les circonstances entourant la promotion (telles qu’une promotion forcée à un poste d’encadrement) expliquent en partie pourquoi les managers perçoivent différemment leur fonction. Toutefois, nous ne savons pas très bien comment les emplois précédents des salariés peuvent influencer durablement leur première expérience en tant que manager.

Notre étude (menée avec Michel Anteby) suggère que les attentes suscitées par les postes précédents – particulièrement la façon dont est perçue la prise de responsabilités – peuvent expliquer pourquoi un salarié est satisfait (ou non) de sa première expérience en tant que manager. Notre étude s’est déroulée dans le métro de Paris où nous avons interrogé et observé 58 superviseurs récemment promus, issus de deux métiers différents – s’agissant des premiers (conducteurs de métro), l’impact sur la vie des autres était important et le salarié travaillait seul ; pour les deuxièmes, des agents de station, ce n’était pas le cas.

La majorité des anciens conducteurs souhaitait quitter leur poste de manager pour un emploi dans lequel ils « auraient le sentiment de faire la différence » et « d’accomplir un travail vraiment important ». L’expérience des agents de station était fondamentalement différente. La majorité d’entre eux étaient très satisfaits de leur poste de manager et épanouis.

Dans notre étude, nous expliquons que les anciens conducteurs de métro et les agents de station ne vivent pas du tout de la même manière les fonctions quasiment identiques qu’ils occupent (actuellement) parce que leur perception intime de la responsabilité personnelle est très différente et influencée par leurs anciens emplois.

En conclusion, une compréhension plus poussée des attentes que ces anciens emplois ont suscité chez les salariés peut aider l’employeur à mieux gérer la transition dans les postes de direction et le conseiller sur la meilleure manière d’accompagner les nouveaux managers à s’épanouir dans leur rôle.

>Pour plus de détails, voir l’article dans Harvard Business Review : « Becoming a Manager Doesn’t Always Feel Like a Step Up » 

>Article de recherche : “Unpacking the Managerial Blues: How Expectations Formed in the Past Carry into New Jobs”, Nishani Bourmault, Michel Anteby. Publié dans Organization Science, 23 sept. 2020.

Professeur

Image(prof.photo).alt

BOURMAULT Nishani