open menu

Actualités

Une nouvelle direction pour assurer la transformation digitale de NEOMA Business School

Publié le 25 novembre 2018 par NEOMA

  • Digital@NeomaBS
En raison des évolutions technologiques incessantes, nombreux sont les secteurs de l’économie qui doivent se réinventer. L’enseignement supérieur ne fait pas exception ! Face à de nouveaux enjeux (surinformation, guerre de l’attention, …) si les Ecoles et Universités veulent éviter le désormais célèbre phénomène de disruption, elles n’ont pas d’autre choix que de s’adapter.

En effet, le système académique tel qu’on le connait a été pensé pour l’ère industrielle et sa vocation était de préparer des jeunes gens à des métiers bien précis en les formant en masse à des techniques bien identifiées. Or, aujourd’hui nous savons que 85% des métiers de 2030 n’existent pas encore* ! Dans ce cadre, s’adapter apparait comme évidemment nécessaire. Mais comment ?
C’est dans ce contexte que NEOMA BS s’est dotée en mars dernier d’une direction de la transformation digitale dirigée par Alain Goudey, professeur de marketing, spécialiste des innovations de rupture au sein de l’école.
Rencontre et explications sur cette nouvelle entité et ses missions.

1.    Pourquoi NEOMA Business School fait-elle émerger cette nouvelle direction ?
Cette nouvelle direction est le fruit d’un triple constat. Tout d’abord, le management et les échanges commerciaux au sens très large, connaissent une importante mutation sous l’impulsion du numérique. Deuxièmement, une connaissance quasi infinie est à portée de smartphone et enfin l’attention des étudiants s’est radicalement transformée au cours de la dernière décennie.
Pour la capter et favoriser leurs apprentissage les outils numériques sont un relais intéressant pour améliorer la pertinence de la pédagogie.
Pour résumer, le secteur de l’éducation évolue énormément et la combinaison des facteurs évoqués précédemment nous conduit à repenser notre action et à nous moderniser. Il serait particulièrement dangereux de chercher à rester dans des modèles classiques d’enseignement, ou l’enseignant délivre un savoir et où l’étudiant est là pour le recueillir. Aujourd’hui, la problématique se situe bien plus sur l’acquisition de compétences plutôt que de connaissances. Le modèle selon lequel le professeur (le sachant) expose la théorie accompagnée d’illustrations et démonstrations pour que les élèves apprennent est bel et bien révolu : le rôle du professeur évolue, ses méthodes doivent évoluer, les espaces d’apprentissage doivent être repensés, etc.  
Dans ce cadre, mon objectif est d’intensifier la transformation de l’école, tant sur le plan structurel, culturel, pédagogique que celui des usages. L’anticipation est une clef pour continuer à construire le futur. C’est particulièrement vrai lorsque l’on a pour ambition de former les managers et les leaders de demain.

2.    Pouvez-vous présenter la nouvelle Direction de transformation digitale ? son organisation et ses missions ?
La Direction de la Transformation Digitale que je pilote est rattachée directement à Delphine Manceau, Directrice Générale de NEOMA Business School. L’objectif est d’être totalement transversal pour agir en tant que catalyseur de la transformation dans l’ensemble de l’Ecole. La direction est structurée en deux pôles autour de Marie-Laure Massué qui prend en charge le « learing lab », véritable cellule de R&D dédiée à l’exploration de nouvelles approches pédagogiques; Cédric Delabarre, qui accompagne la transformation digitale liée au fonctionnement de l’école, à l’ensemble de ses services .

3.    Quels sont les axes de travail de la Direction transformation digitale ? comment va-t-il fonctionner ?
La direction de la transformation digitale travaille autour de 5 axes.
1 : Transformer l’expérience d’apprentissage : c’est-à-dire rendre plus fluide, efficace et pertinent, le vécu des étudiants aussi bien en « online » qu’en « offline », et ce, y compris dans l’organisation et la structure même du campus et des espaces d’apprentissage.
2 : Renforcer l’ADN 21 : pour les outils, c’est simple. Il suffit de faire un peu de veille. Le plus difficile, c’est de porter cette transformation culturelle que représentent les dernières technologies aux collaborateurs et permettre à tout un chacun de se l’approprier. Dans ce cadre, notre rôle est d’informer et de former, à des pratiques, des méthodes et même un vocabulaire. Il n’est pas tant question de technologies au final, mais plutôt de schéma culturel partagé. Un autre point important, dans ce que j’entends par ADN 21, est celui du « test and learn ». Affirmer un droit à l’erreur sans rien s’interdire constitue une vraie source d’innovation.
3 : Numériser nos pratiques : Nous allons étudier les différentes fonctions et métiers existants au sein de NEOMA Business School pour proposer de nouveaux outils qui doivent permettre de rendre plus facile et plus rapide le travail pour les collaborateurs. Nous travaillons avec la DSI au déploiement d’un Chatbot pour répondre aux questions les plus fréquemment posées au Hub par les étudiants.
4 : Effectuer une veille : et par cette démarche, s’intéresser aux meilleures pratiques mondiales et françaises. Innover et créer du sens dans la pédagogie. Comprendre et envisager ce qu’une nouvelle technologie pourra apporter à l’enseignement.
5 : Communiquer : en interne pour expliquer nos choix et en externe pour aller challenger les meilleures écoles. C’est unique dans la vie d’une école, de pouvoir transformer à 360° l’ensemble des paramètres quasiment en même temps.

4.    Quelles sont actuellement les priorités du service ?
Actuellement nous avançons sur deux priorités : rationaliser et structurer les nombreuses initiatives déjà initiées au sein des différents services de l’école et repenser les espaces d’apprentissage.

5.    Comment se concrétisent les actions mises en œuvre ?
Plusieurs actions digitales concrètes ont déjà vu le jour au sein de l’Ecole. Un nouvel intranet, baptisé NEOMAgora a été lancé à la rentrée, ainsi qu’une application à destination des étudiants pour faciliter leurs relations avec l’école. Dans cette appli, ils retrouvent leurs plannings de cours, leurs notes, ... Nous revisitons également l’expérience de navigation et le design de notre plateforme d’e-learning « Courses », dans une version plus récente et plus moderne qui est actuellement en pré-test auprès d’une cinquantaine d’étudiants (et qui sera lancée en janvier 2019 sur tout le groupe).
Autre exemple ; la direction RH met en place un outil d’autoformation qui permet notamment de se former à la transformation digitale, par le bais d’une plateforme de formation ludique qui propose un véritable parcours d’apprentissage. Ce parcours a été créé par la Direction de Transformation Digitale pour être complètement adapté à NEOMA Business School.
Dans toutes nos actions, nous cherchons à impliquer un maximum de personnes pour partir des besoins des différents services et élaborer une réponse numérique qui fasse sens.

6.    Y-aura-t-il des éléments de la transformation digitale de NEOMA Business School qui concerneront les alumnis ?
Evidemment, la transformation digitale sera de mise pour intensifier la relation entre l’école et les alumnis. Ce sont d’ailleurs eux qui sont en première ligne pour sentir et expérimenter les nouvelles technologies qui intègrent les entreprises. Il est encore trop tôt pour en parler, mais à ce propos, nous avons quelques projets en tête.

*https://www.delltechnologies.com/content/dam/delltechnologies/assets/perspectives/2030/pdf/SR1940_IFTFforDellTechnologies_Human-Machine_070517_readerhigh-res.pdf