Ouvrir le menu

Le Monde de NEOMA

Thématiques :

L’association internationale de Recherche en Logistique et Supply Chain Management (AIRL-SCM) fête cette année ses 20 ans. Pour célébrer l’événement, elle organisait début avril deux journées de rencontres et de débats sur le campus de NEOMA à Paris. L’occasion de revenir sur les évolutions passées et à venir de l’activité avec Aurélien Rouquet, professeur de Logistique et Supply Chain Management dans notre école de commerce.

L’association AIRL-SCM est née dans les années 2000. C’est un moment de bascule dans le domaine de la logistique et de la supply chain. 

La logistique est née comme fonction dans les entreprises à partir des années 1970 en France, elle a connu une phase de développement à partir des années 80-90. Au début des années 2000, avec l’émergence du supply chain management, on est entré dans une phase de reconnaissance, et la logistique et la supply chain s’imposent comme étant absolument stratégiques dans les entreprises mais aussi toutes les organisations. Elles sont désormais enseignées dans toutes les business schools et les universités, qui lui accordent autant d’importance que le marketing, que la finance… La naissance de notre association témoigne de cette institutionnalisation.

Cette montée en puissance s’explique en partie par la mondialisation des échanges. Mais pas seulement…

Oui, en 20 ans, la mondialisation s’est accentuée, c’est vrai. Mais il y a aussi l’accélération du temps. Les livraisons d’Amazon et de son service « prime » illustrent d’ailleurs bien cette pression temporelle. En même temps, la logistique et la supply chain sont devenues de questions politiques, voire géopolitiques. Avant, la question concernait les entreprises, aujourd’hui, les Etats s’en emparent. Prenez le projet chinois de « Route de la soie », c’est un projet d’organisation logistique et de supply chain. En réponse, en février 2021, le président Joe Biden a signé une ordonnance pour sécuriser les supply chain aux Etats-Unis. Fin 2022 en France, le gouvernement a élaboré avec tous les représentants de la filière au sein de l’association France Logistique une stratégie nationale logistique. Ces interventions montrent combien la sécurité de l’approvisionnement est fondamental. 

Le transport des marchandises est responsable de 8% de l’empreinte carbone totale. Dans quelle mesure la filière s’empare-t-elle du sujet environnemental ?

Au tout début les questions de logistiques ont été peu connectées aux questions de développement durable. Rapidement, les enjeux environnementaux se sont cependant imposés à l’agenda. Le transport de marchandises fonctionne quasiment uniquement avec des énergies fossiles, ce qui rend complexe sa décarbonation. Comment réduire les flux, limiter les retours à vide, massifier les modes de transport, privilégier des modes plus doux…  ce sont de vrais enjeux pour notre secteur. Notre association s’est emparée très tôt de ces sujets-là, nos travaux en témoignent. Au-delà du verdissement de la logistique, nous avons par exemple beaucoup travaillé sur les supply chain inversées : dans une logique d’économie circulaire, il y aura de plus en plus de produits à recycler et à revaloriser.    

Les technologies digitales ont elles aussi transformé les métiers de la logistique. L’intelligence artificielle a aussi un impact considérable. Comment cela va-t-il encore évoluer ?

Les entrepôts se robotisent, on voit également de plus de plus de drones qui font automatiquement les inventaires. Les recherches actuelles portent sur de multiples sujets : les camions autonomes, les robots livreurs, etc. Demain, les objets logistiques seront plus connectés, on pourra mieux tracer les flux, on utilisera l’intelligence artificielle pour optimiser en permanence les flux de marchandises. Le digital a un rôle clé dans l’avenir de la logistique.

Les dernières années ont également vu les canaux se multiplier.

En effet, en terme de distribution, on est passé de canaux monoblocs avec les hypermarchés à une multiplicité d’options, comme la vente en ligne, le drive, le drive piéton, le point relais… Les consommateurs sont devenus des « consom’acteurs » de la logistique en échangeant des produits de seconde main via Vinted ou Vestiaire collective. L’économie de partage s’organise, et la chaine logistique va jouer un rôle déterminant.

Formations associées

Executive MSC Digital & Innovative Supply Chain

Le programme forme à la maîtrise des fonctions logistiques fondamentales, à l’analyse et la simulation de la chaine de valeur et au pilotage de l’innovation au service de la performance de la supply chain.
  • En contrat de professionnalisation
  • 1 an ou 2 ans
  • Paris

MSc Supply Chain & Transformation Digitale

Ce programme forme des managers opérationnels à piloter la transformation digitale dans la Supply Chain.
  • En alternance
  • 12 mois
  • Paris

MSc Supply Chain Management

Développez votre expertise en management de la supply chain
  • Temps plein
  • 15 mois
  • Rouen