open menu

Témoignages

KELLY LOGOLTHA
En 1re année sur le campus de Rouen
Ancienne étudiante en prépa ECE au lycée La Merci, Montpellier

Après son bac S, Kelly intègre une prépa ECE, suivant les traces de son frère. Elle est tout de suite frappée par la qualité de l’enseignement, des professeurs... «J’ai aussi découvert une solidarité entre les élèves, à laquelle je ne m’attendais pas.» Certains cours la passionnent, en particulier la philosophie, elle qui se définit pourtant comme matheuse. «La 2e année était passionnante, car nous étudions un seul thème, que nous creusions en profondeur. On comprend alors comment la pensée évolue», se souvient Kelly, encore étonnée d’avoir pu atteindre un tel niveau de réflexion. Elle est aussi surprise des cours d’anglais qui n’ont plus grand-chose à voir avec ceux de terminale: «En prépa, on vous demande de traduire Shakespeare. C’est dur, c’est exigeant. La langue prend une autre dimension.» En langue comme en philo ou en maths, Kelly en est persuadée: «On ne me demandera plus jamais cela dans ma vie.» Et c’est bien ce qui fait de la prépa «une formation intellectuelle unique.»

Tant d’exigence: une épreuve !
Sur le plan personnel, c’est différent. Prise dans le tourbillon d’un travail intense, Kelly traverse des moments difficiles. «Si on n’a pas le moral, on entre vite dans un cercle vicieux. On perd confiance en soi, nos résultats baissent, ce qui nous démoralise encore plus...» Plus de sorties, moins d’amis, pas assez de petits plaisirs... Et cette angoisse qui monte à l’approche des concours ! «Mon premier conseil aux élèves de prépa, c’est que prendre du temps pour soi est primordial: forcez-vous à sortir, faites du sport, du shopping, peu importe! Vous vous sentirez beaucoup mieux.»

De Montpellier à Rouen, un vrai changement d’air
Kelly décroche plusieurs écoles et choisit NEOMA BS. Dès les premiers jours, c’est le coup de foudre: «La vie ici est tellement riche ! On rencontre des gens tout de suite, il y a 80 associations, des projets en groupe, des soirées tout le temps», se réjouit Kelly, qui aurait bien aimé le savoir avant: «cela m’aurait aidée à rester motivée dans les périodes de doute.» D’où son autre conseil avisé: «Regardez bien les spécialisations des écoles et profitez des oraux pour sentir leur ambiance, leur vie... Ne soyez pas obnubilés par le seul classement: vous aurez une bonne école, mais elle doit vous correspondre !»