open menu

Actualités

Monter sa startup en 4 mois ? “Let’s Do It” avec la spécialisation Entrepreneuriat du Programme Grande Ecole.

Publié le 30 juin 2020 par NEOMA

  • Entrepreneuriat
  • Entreprise
  • Programme Grande Ecole

Les 60 étudiants du Programme Grande Ecole en spécialisation Entrepreneuriat n’ont eu que 4 mois pour élaborer leur projet de startup. Accompagnés dans cette démarche par des séances de coaching et plusieurs workshops, ils ont pitché leurs projets en plein confinement auprès d’un jury de professionnels composé notamment de membres de KPMG. Retour sur une expérience hors du commun baptisée Startup Challenge “Let’s Do It”.

Les étudiants ont tout d’abord planché individuellement pour proposer une solution à un problème qui leur tenait à cœur. Après une première sélection des projets individuels les plus convaincants, les étudiants se sont réunis en groupes de 3 ou 4, autour des porteurs de projets sélectionnés. Ces équipes ainsi constituées, avaient pour objectif d’élaborer et de structurer une startup autour de leur idée et d’en réaliser la présentation par un “Final Pitch”. Cette prise de parole serait évaluée par un jury d’experts, composé de membres de KPMG, d’alumni, de professeurs et de startuppers.

Un parcours sur mesure pour acquérir une vision globale

Pour les accompagner dans leur démarche et leur réflexion, les étudiants ont suivi une série de workshops spécialisés portant sur : l’Open Innovation avec Jean-Louis Lievin de IdexLab, les réseaux sociaux avec l’influencer Yann Marchand, le volet financier, mais également sur le partage d’expérience, avec le témoignage de plusieurs alumni-entrepreneurs.
A ces workshops, se sont ajoutées des sessions de coaching pour apprendre à trouver des idées, prendre la parole en public, déployer du storytelling, développer sa startup et enfin à pitcher son projet. “Un programme dense et varié, cousu main pour eux” indique Marie-Michèle Vassiliou, Responsable de la spécialisation.
La participation des étudiants à un événement à Paris est venu parfaire leur vision entrepreneuriale : le ChangeNOW Summit, qui s’est tenu fin janvier au Grand Palais à Paris et qui se voulait le lieu de rendez-vous des gens qui veulent changer le monde.

Une restitution digitale

Leur parcours entrepreneurial devait être consacré par une présentation de leurs projets à Paris, devant des membres de KPMG, au sein du siège de l’entreprise. Mais la crise sanitaire est venue doucher tout espoir de réunion. Marie-Michèle Vassiliou, témoigne “Il m’était impossible de me résoudre à tout simplement annuler cette restitution. J'ai donc décidé d’en adapter le format sur Zoom. Et tout s’est déroulé sans aucun problème. Je tiens d’ailleurs à remercier encore une fois KPMG qui a parfaitement joué le jeu de cette présentation au format original”.

 


François Quédiniac, Associé, Responsable du secteur Chimie de KPMG France, Campus Partner NEOMA BS et diplômé de l’école souligne la qualité du travail des étudiants : « Ils se sont montrés aussi impliqués que professionnels. Ils ont véritablement défendu avec talent leurs projets. Cette expérience leur a permis de dépasser le simple “travail scolaire” pour s’approprier toute une méthodologie et une démarche entrepreneuriale. Nous les avons tous félicités pour leur travail et la qualité de leurs présentations ».
Le Campus Partner précise encore « Nous n’avons pas réussi à trancher entre deux projets et c’est avec fierté que nous avons désigné deux gagnants ex-aequo qui recevront chacun 1000€". Et pour l’équipe qui enregistrera sa société en premier et parviendra à réaliser 1000€ de chiffre d’affaire avant le 31 décembre prochain, obtiendra grâce à KPMG, la somme supplémentaire de 1500€.
-----------------------------------------------

Pour aller plus loin, retrouvez les témoignages des membres d’une des équipes gagnantes : la team AYUME

Ils sont trois à composer l’équipe : Valérian, porteur initial de l’idée, rejoint par Aniela et Sophie. Valérian a étendu son cas personnel aux personnes en situation de handicap. Le jeune homme a une fâcheuse tendance à égarer ses affaires. Or il existe, pour ceux dont les lunettes ou les clefs de voiture sont dotés d’une vie propre, tout un tas de gadgets électroniques et connectés qui permettent de les retrouver facilement. Mais qu’en est-il lorsqu’on est en rupture numérique, non équipé d’un smartphone, ou handicapé ? Voici le problème qu’AYUME se propose de résoudre.

ayume

Qu’avez-vous fait tout au long de l’année et pouvez-vous partager les éléments qui vous ont marqué ?

ayume anielaAniela : Entre les études de marché, la prospection, les cours pour apprendre à construire un business plan, l'approche du marketing digital ou encore l’étude de l’open innovation, nous avons muri et aiguisé notre projet jusqu’au pitch en présence de KPMG. Les 4 mois ont filé à grande vitesse ! Ce qui m’a beaucoup marqué c’est le passage d’un projet individuel à un projet collectif. Il m’a fallu changer d’optique, intégrer ce groupe et que nous coopérions tous ensemble.

Sophie : Ce que je retiens, c’est le stade duquel nous sommes partis et celui que nous sommes parvenus à atteindre. Au début nous doutions énormément, il fallait comprendre l’idée de Valérian, se joindre à lui et à son projet, définir la solution et l’objet. Nous avons beaucoup travaillé, nous nous sommes écoutés mutuellement et finalement, à trois, nous avons réussi à monter quelque chose qui nous plait, qui nous correspond et dans lequel nous croyons. Le chemin parcouru m’impressionne et je pense que nous pouvons être fiers de nous !

Valérian : L’apport de la spécialisation a été très riche. Les discussions avec les membres de l’équipe et Marie-Michèle, les apports des alumni m’ont permis de dessiner une image globale du projet et de le faire progresser significativement grâce au concours de Sophie et Aniela.

Qu’avez-vous appris au cours de cette année ?

ayume sophieSophie : De toute ma vie c’est la première fois que j’ai l’occasion de partir d’une page totalement blanche. Dans le cadre de NEOMA, c'est quelque chose que je n’avais jamais encore exploité. En stage également, nous héritons d’une situation que l’on est chargé de faire évoluer. Au cours de ces 4 mois, nous sommes sortis d’un contexte scolaire pour un aborder un fonctionnement professionnel et cette expérience était vraiment enrichissante.

Valérian : J’ai été frappé par l’importance du réseau. Je n’avais pas réalisé le pouvoir créatif d’une rencontre : le simple fait d’échanger avec d’autres permet d’élaborer des idées que nous n’aurions jamais eues. Pouvoir compter dans son entourage des personnes qui croient en vous et vous soutiennent est un avantage précieux et un moteur incroyablement bénéfique pour avancer.

Aniela : La spécialisation entrepreneuriat a été pour moi une prise de conscience. C’est peut-être une vision simpliste, mais je ne pensais pas qu’on pouvait “apprendre” à innover. Le cours de Medhi Bagherzadeh sur l’innovation ouverte a été une vraie révélation !

Comment voyez-vous la suite de l’aventure ?

ayume valerianValérian : Je voulais juste acquérir des connaissances en entrepreneuriat et gagner de l’expérience. Maintenant que j’ai la connaissance théorique, j’envisage vraiment de me lancer après mes études.

Aniela : La création d’AYUME s’est faite la tête dans le guidon. Gagner le concours de pitch et recevoir les félicitations de KPMG nous permettent de prendre conscience du chemin parcouru et nous ouvrent un champ des possibles. J'ai la fibre entrepreneuriale, j’ai toujours eu dans l’idée de créer une entreprise un jour. Je voulais aiguiser cette fibre avec la spécialisation entrepreneuriat. On peut dire que c’est réussi !

Sophie : Ce beau parcours récompensé donne envie de réfléchir à la suite. Avec notre AYUME, nous avons déjà dépassé le stade de simple projet scolaire, mais cette opportunité nous emporte beaucoup plus loin et nous permets de nous projeter. C'est une réelle opportunité à saisir. Je me destinais à reprendre l’entreprise familiale mais la spécialisation entrepreneuriat donne des idées : que ce soit avec AYUME ou un autre projet, je souhaite me lancer dans l’aventure. Cette spécialisation donne des envies !