Ouvrir le menu

Actualités

« Ma vie d’étudiant à la Bocconi » #1 Olivier Dalmais

Publié le 21 juin 2022 par NEOMA

L’étudiant OLIVIER DALMAIS suit le programme Global 1000 de NEOMA à Reims. Entre janvier et juin 2022, il a suivi les cours de la prestigieuse université en économie et management italienne, la Bocconi. Il nous emmène à Milan.  

 

 

Des cours de très haut niveau

« A la Bocconi, les cours sont de très haut niveau. C’était dur mais pas impossible. Heureusement, j’ai rencontré des étudiants américains qui m’ont aidé sur certains cours, en particulier en finance.

J’ai aussi choisi la spécialisation « Tourisme » et « Art Market ». C’était génial ! La culture, c’est ce qui m’avait poussé à candidater à la Bocconi, et les cours sont un vrai plus. »

 

Beaucoup de pratique, beaucoup d’autonomie dans les apprentissages

« La pédagogie est très stimulante, elle mélange bien la théorie et la pratique. Par exemple, nous avons pu travailler avec les organisateurs des JO de 2026, et nous avons pu proposer une route des vins et de la gastronomie lombarde en fonction des épreuves olympiques. Nous avons également travaillé avec un représentant de la Fondation Prada, et nous avons imaginé un projet marketing pour promouvoir une exposition. Il a été jugé parfaitement réalisable. C’était très stimulant. » 

« Dans la façon d’enseigner, les étudiants sont très autonomes. On peut suivre les cours en ligne ou en présentiel. Les sessions sont aussi plus courtes, elles durent 1h30 au lieu de 3h. Mais c’est plus exigeant. »

 

Milan, une ville jeune et dynamique

« A Milan, il y a le quartier des navigli, ces canaux bordés de bars. Il y a toujours de l’ambiance. Et c’est très jeune. C’est aussi beaucoup moins touristique que d’autres villes italiennes, mais tout aussi intéressant sur le plan culturel. C’est important pour moi qui voudrais m’orienter vers la restauration de monuments historiques.  Entre le Dôme, la Scala, la galerie Vittorio Emmanuel II, le palais royal… ça ne manque pas dans la région. »

 

La glace italienne, indispensable pour se rafraichir

« Mais le meilleur souvenir, c’est quand même le glacier juste en bas de chez moi ! En pleine révision des partiels, c’était compliqué parce qu’il faisait très chaud. Alors dès que j’avais une pause, je descendais manger une glace. »   

Contact

Vous souhaitez plus d’information ou avez une question particulière à laquelle vous n’avez pas trouvé réponse dans le site ? Contactez-nous !
  • *champs obligatoires