open menu

Actualités

La Finance, c’est « vraiment » un truc de mecs ?

Publié le 20 octobre 2019 par NEOMA

  • réseau entreprises
  • Vie étudiante

C’est la question autour de laquelle étaient réunis des associations étudiantes de NEOMA et des professionnelles de chez Accenture, PwC Luxembourg, du Crédit Agricole du Nord Est et de NEOMA au Féminin, le 9 octobre sur le campus de Reims.

Co organisée par les Relations Entreprises NEOMA et l’association étudiante He for She NEOMA BS Reims en faveur de l’égalité femmes-hommes, la table ronde « Femmes & Métiers de la finance, lancez-vous ! » a réuni étudiants et professeurs autour de quatre femmes venues livrer leur expérience de l’exercice des responsabilités dans le domaine de la finance.

Cadres dirigeantes dans des entreprises partenaires de NEOMA, Isabelle Dauvergne, Associée et Auditrice Financier Spécialisation Immobilier chez PwC Luxembourg, Sophie Jacquemet-Richard, Senior Manager en Consulting Financial Services chez Accenture, Cécile Regnard, Membre de NEOMA au Féminin, NEOMA Alumni et Emmanuelle Simi, Cadre dirigeante au Crédit Agricole du Nord Est, ont répondu avec enthousiasme à l’invitation et aux questions de He for She et NEOMA Reims Conseil, la junior entreprise NEOMA Reims.

Catherine Karyotis, professeure en Banque et Finance et Responsable du Mastère Spécialisé Analyse Financière Internationale de NEOMA, a lancé la conférence en évoquant des femmes qui s’illustrent au niveau international dans la finance, telle Christine Lagarde, précédemment Directrice Générale du FMI et aujourd’hui Présidente de la Banque Centrale Européenne.

Votre genre a-t-il été un frein dans votre carrière ? La finance reste-t-elle un monde d’homme ?
Emmanuelle Simi : « J’ai vite compris que j’apportais un regard différent dans un groupe majoritairement masculin. Je me suis sentie légitime. Je n’avais pas à prouver plus. Les femmes ont un manque de confiance. Une femme attends qu’on lui dise « Oui, tu peux », là où un homme dit : « Oui, je veux ». Il faut donc avoir confiance en soi, se sentir légitime et y aller ! »

Sophie Jacquemet-Richard : « J’ai toujours été plus à l’aise dans des ambiances plus masculines que féminines. Le pire manager que j’ai eu était une femme. Il faut être convaincue, savoir que l’on est légitime. Dans une entreprise où la direction est majoritairement masculine, il faut demander ce que sont les règles. Oser demander, connaitre les règles du jeu et les jouer. »

Isabelle Dauvergne : « Chez PwC Luxembourg, Mme Chèvremont* a été Associée pendant 20 ans. Elle avait une vision et a voulu mixité et diversité dans l’entreprise. Les femmes qui sortaient du lot étaient encouragées. Cette vision perdure et nous recrutons 50-50% de femmes et d’hommes. On constate néanmoins une évaporation du nombre de femmes au fil du temps. Pour ma part, je suis entrée en tant que stagiaire en 1998 et suis Associée depuis 2011. » *Marie-Jeanne Chèvremont-Lorenzini, diplômée du PGE NEOMA 1975.Managing Partner chez PwC Luxembourg de 1987 à 2007.

HeForShe femmes metiers finance oct19
Photo de gauche à droite : Mylène Coudreuse, Présidente NEOMA Reims Conseil - Cécile Regnard, Membre de NEOMA au Féminin, NEOMA Alumni - Myriam Kaddouri, Présidente He for She - Sophie Jacquemet-Richard, Senior Manager en Consulting Financial Services chez Accenture - Emmanuelle Simi, Cadre dirigeante au Crédit Agricole du Nord Est - Isabelle Dauvergne, Associée et Auditrice Financier Spécialisation Immobilier chez PwC Luxembourg - Catherine Karyotis, professeure en Banque et Finance et Responsable du Mastère Spécialisé Analyse Financière Internationale de NEOMA - Sophie Seddiki, membre de He for She.

Vous avez toutes fait votre place, la discrimination existe-t-elle toujours néanmoins ?

Cécile Regnard : « J’ai été victime de discrimination dans ma carrière. Je briguais un poste avec plus de responsabilités. On m’a objecté que j’étais jeune et que je manquais d’expérience. J’avais 30 ans et 8 ans d’expérience… Quand ils ont dévoilé la nouvelle organisation, j’ai appris qu’ils m’avaient placée sous la responsabilité d’un homme de 28 ans…
Dans NEOMA au Féminin, je croise beaucoup de femmes qui doivent par exemple refaire leurs preuves après un congé maternité. La discrimination existe bien, mais j’ai aussi croisé des hommes qui m’ont aidée et accompagnée dans ma carrière ! ».

Sophie Jacquemet-Richard : « Il ne faut jamais penser que l’on sera moins bonne au travail en ayant un enfant. La responsabilité de parent crée des contraintes d’agenda qui nécessitent d’être plus efficace au travail, de tuer les temps morts. »

L’équilibre vie pro/vie perso est-il compatible avec l’exercice des responsabilités ?
Emmanuelle Simi : « Les femmes se mettent la pression. Pour l’équilibre vie pro/vie perso, il faut déléguer. Admettre qu’on ne peut pas tout avoir. Et que même si on est pas rentrée à 17h, cela n’empêche pas d’avoir des moments privilégiés avec ses enfants, et de leur apporter quelque chose, parce que l’on est épanouie au travail. »

Isabelle Dauvergne : « Il est nécessaire de trouver l’équilibre, et de faire de la place aux loisirs. C’est bon pour la productivité, pour l’innovation. Plus on monte en responsabilités, plus on en a besoin. Et plus on se l’autorise ! »

Bonne nouvelle : le monde de l’entreprise change !
Sophie Jacquemet-Richard : « Les hommes en entreprises aujourd’hui ont des filles, des conjointes, qui exercent des responsabilités ou y aspirent. Ils sont donc sensibilisés. »

Emmanuelle Simi : « Les entreprises ont compris que la mixité est un des leviers de performance et créateur de richesse. Nous sommes dans un écosystème global où chacun à sa place, hommes et femmes. »

Votre conseil ?
Cécile Regnard : « Ecoutez qui vous êtes. Et si ça va à l’encontre des stéréotypes, peu importe ! »

Isabelle Dauvergne : « Il faut être bien dans son boulot, faire ce que l’on aime. Si vous sentez que c’est votre voie, allez-y. »

Sophie Jacquemet-Richard : « J’aime cette citation de Sénèque : « Ce n’est pas parce que c’est difficile que nous n’osons pas mais parce que nous n’osons pas que c’est difficile ». Osez ! »

Cette rencontre était la première de l’année du cycle « Où sont les femmes ? », organisé par He for She, avec pour objectif de valoriser des parcours de femmes et de montrer à nos étudiantes qu’elles peuvent oser.
HeForShe femmes metiers finance oct19 3