Ouvrir le menu

Séminaires

2021

Séminaire en ligne du 10 mai 2021. 10h-12h

  • « Refonder l’agriculture à l’heure de l’Anthropocène »

    Comment allons-nous manger demain et qui produira notre nourriture ?

    Cette question peut paraître saugrenue pour de nombreux occidentaux qui ont accès à une nourriture abondante, variée et à des prix modérés. Un événement d’une ampleur considérable fragilise cette facilité d’accès telle que nous la connaissons depuis 50 ans : l’Anthropocène. Nous avons basculé dans une nouvelle époque géologique qui déstabilise grandement l’activité agricole et nous oblige à réinventer en profondeur le fonctionnement de nos systèmes alimentaires depuis la production des matières premières jusqu’à leur consommation.

    Bertrand Valiorgue offre dans cet ouvrage un cadre d’analyse inédit qui permet de comprendre pourquoi la trajectoire que nous poursuivons à l’heure actuelle en matière d’agriculture ne peut en aucun cas convenir au contexte si particulier de l’Anthropocène. En s’appuyant sur les travaux issus de l’économie néo-institutionnelle et la théorie des biens communs, il offre des pistes de réflexion qui questionnent les fondements de l’agriculture. Il montre que si elle se fait régénératrice, l’agriculture compte parmi les solutions et non les problèmes de l’ère géologique de l’Anthropocène. Cette bifurcation de notre modèle agricole s’impose à toute la société française et sa nécessité devient chaque jour plus évidente. Dans le cas contraire, le risque d’une disparition pure et simple de l’agriculture est tout sauf négligeable.

B. Valiorgue (Université Clermont Auvergne)

Séminaire du 8 avril 2021, 10 a.m.

  • In English and online (meeting ID: 860 0745 1801; password: 053839)

  • « Agri-food system transformation: reflections on some recent trends »
    Recently, there is a lot of interest in agri-food system transformation, for example spurred by the 2021 UN Food Systems Summit. This agri-food system transformation has different drivers, different possible transition pathways towards future agri-food systems, of which some are still tentative while others are becoming already more visible and tangible. In this talk I will reflect on some recent work I have been involved in, touching on topics such as the influence of digitalization and other novel technologies, the idea of mission-orientation in innovation for food systems-transformation, and the role that intermediary structures can play in fostering and facilitating this transition in just and responsible ways.

Laurens Klerkx is Professor Agrifood Innovation and Transition at the Knowledge, Technology and Innovation Group of Wageningen University, The Netherlands, of which he has been part since 2002. He obtained his PhD from the same university and is an internationally recognized expert in the field of agricultural innovation studies, doing social science research on various topics such as institutional change in research and advisory organizations, roles and positions of organizations that broker multi-stakeholder networks for innovation, digital agriculture innovation, transformative innovation in agri-food and innovation system development. Throughout his career, Laurens has (co-)authored and published more than 0 articles in international peer reviewed journals. His work informs policy makers, through contributions to policy oriented publications and direct engagement through invited presentations with organizations like the World Bank, the European Commission, the Food and Agricultural Organization of the United Nations (FAO), the Organization for Economic Cooperation and Development (OECD), and the United Nations Commission for Trade and Development (UNCTAD).

Séminaire du 04 mars 2021

  • « Les formes d’unités de méthanisation agricoles en Champagne Ardenne : entre dynamique territoriale et dynamique industrielle »

    La méthanisation agricole suit un chemin de développement lié à la problématique de son insertion dans trois chaines de valeur distinctes : celle de la biomasse, celle de l’énergie et celle du traitement des déchets. Cette triple insertion est à l’origine d’une diversité de modes d’appropriation de la technologie de production de biogaz qui génère des conflits et des solutions de compromis variés entre différents acteurs au sein des trois chaines de valeur. La Champagne Ardenne dispose sur un même territoire d’une diversité de modalité de développement de la méthanisation agricole, ce qui lui est spécifique en comparaison d’autres territoires de l’hexagone. Après avoir présenté la grille d’analyse fondée sur l’upgrading – un concept issu de l’approche en termes de Global Value Chain – pour étudier le processus d’innovation de la méthanisation, nous proposons une typologie des unités champardennaises ainsi que des clés de lecture pour expliquer les raisons de cette diversité.

P. Grouiez (Université de Paris)

2020

Séminaire du 31 Janvier 2020

  • « Une histoire profonde de la bioéconomie »

    Notre analyse propose une lecture de longue période des transformations qu’a connues l’agriculture fondée une triple perspective temporelle : celle d’une « économie générale » (Bataille) qui inscrit l’histoire de sociétés humaines dans celle de la nature et de la vie définie ici comme appropriation du flux d’énergie reçu par la terre ; celle des régimes socio-métaboliques marquées par une coupure radicale à la fin du xviiie siècle lorsque l’Europe, puis progressivement de l’ensemble de l’humanité, en sont venus à dépendre de plus en plus des ressources tirées du sous-sol pour leur approvisionnement en énergie et matière ; enfin celle des configurations hégémoniques qui se sont succédés dans l’histoire du capitalisme. L’hégémonie du Royaume-Uni s’accompagne d’une division internationale du travail dans laquelle l’ensemble de la planète est mobilisé pour approvisionner des marchés mondiaux de biomasse centrés sur l’Europe. L’hégémonie des États-Unis se traduit par un bouleversement radical de la place de de l’agriculture, dans le métabolisme social. Alors que l’industrie chimique multiplie les produits de synthèse, l‘agriculture se spécialise dans la fourniture d’aliments et, dans le même temps, devient consommatrice d’énergie et non plus fournisseuse, comme elle l’avait toujours été dans l’histoire humaine.

    Depuis trois décennies, ces modalités de production et d’utilisation des produits agricoles sont contestées. Le « projet bioéconomique » participe de cette contestation. Il propose de faire le chemin à l’envers et remplacer les énergies fossiles par des produits agricoles dans la production de diverss produits de synthèse. L’industrie chimique voit ainsi dans la biomasse une nouvelle source de matières premières à l’égal de ce qu’ont été le charbon et le pétrole, avec le risque d’y voir transposée la même logique minière.

G. Allaire (INRAE) et B. Daviron (CIRAD) – – séminaire commun Chaire de Bioéconomie Industrielle & laboratoire REGARDS (URCA)

2019

Séminaire du 22 janvier 2019

  • Prendre du champ sur l’émergence. Proposition d’un cadre conceptuel et méthodologique de l’émergence à partir du cas de la biologie synthétique

Benjamin Raimbault, Cermes3

Séminaire du 15 février 2019

  • Innovation et territoire

Didier Chabaud, IAE Paris – Sorbonne Business School

Séminaire du 13 mars 2019

  • L’analyse économique des services écosystémiques

Harold Levrel, Agro Paris Tech

Séminaire du 14 juin 2019

  • Productivity or transformation towards sustainability

Andreas Pyka, Université d’Hohenheim, head of the chair for innovation economics

2018

Séminaire du 08 juin 2018

  • Quel impact pour les coopératives agricoles ? une évaluation économique, sociale et environnementale

Damien Rousselière (Université d’Angers, Agrocampus Ouest)

Séminaire du 23 mars 2018

  • A system perspective on the role of pilot and demonstration plants in the transition to a bioeconomy: a synthesis and implications for future research

Hans Hellsmark (Chalmers University)

Séminaire du 19 janvier 2018

  • Biorefineries Models and Policy

James Philp (OECD)

Séminaire du 15 novembre 2017

  • Aide à la décision dans les phases amont d’un projet de bioraffinerie supportée par une optimisation multi-objectifs.
  • Intégration des dimensions de durabilité pour le développement des filières bio-sourcées à l’échelle d’un territoire : une modélisation des scénarios basée sur la dynamique de systèmes.

Mauricio Camargo, Professeur des universités, Directeur de l’action international, ENSGSI (École Nationale Supérieure en Génie des Systèmes et de l’Innovation, Nancy), Laboratoire ERPI (Équipe de Recherche sur les Processus Innovatifs)

  • Les approches « living lab »:  l’exemple de la plateforme LF2L (http://www.lf2l.fr/ ) comme acteur du développement territorial.

Laure Morel, Professeure des universités, ENSGI, Directrice du laboratoire ERPI

Contact

Vous souhaitez plus d’information ou avez une question particulière à laquelle vous n’avez pas trouvé réponse dans le site ? Contactez-nous !
  • *champs obligatoires